01 53 24 90 57  -  Contact
Recherchez sur le site
Recherche avancée

Efficacité des formations sur-mesure

Concevoir une architecture sur-mesure, c’est élaborer un dispositif pédagogique qui réponde aux enjeux de la société, qui soit en mesure d’atteindre les objectifs fixés, qui intègre les spécificités culturelles de la société, qui s’appuie sur des modalités pédagogiques efficientes, innovantes et motivantes.

Élaborer un dispositif pédagogique efficient, c’est aussi prendre son temps, quitte à étaler l’apprentissage aussi bien en amont qu’en aval. Ainsi, pour augmenter la mémorisation, la répétition dans le temps est clé.

En amont de la formation :

Les dispositifs distanciels ont d’abord pour objectif de mettre l’apprenant en condition. Semer des questions, le surprendre, livrer un petit bout de savoir qui sera creusé et pratiqué en présentiel. Bref : amorcer son apprentissage.

En aval de la formation :

Il s’agira davantage d’ancrer les notions acquises. En effet, on constate généralement qu’après les présentiels, on envoie un mail, on relance sur la plate-forme d’apprentissage et puis…flop ! Or, nous en sommes tous convaincus : il faut réviser, reprendre les « appris » pour qu’ils soient acquis, pratiquer pour ancrer.

Après une formation classique, malgré un enthousiasme au top et de beaux engagements à la sortie, le quotidien reprend souvent le dessus et le plan d’actions se transforme en résolutions du jour de l'an.

Le dispositif sur-mesure permet d’accorder une place plus importante à l’ancrage des connaissances et au développement du réseau. Pour cela, il est important au préalable d’analyser la maturité en termes d'apprentissage et la maturité technologique de la population visée. Selon ces critères, différentes modalités peuvent être choisies pour prolonger l'apprentissage.

De l’étude des besoins à la recherche des meilleurs dispositifs d’apprentissage, clients et organismes de formation doivent être prêts à sortir de leur zone de confort pour mettre en place des dispositifs de formation maximisant leur valeur ajoutée.

Envie d’en savoir plus ? Lire la chronique de Jean-Baptiste Jourdant